planification urbaine et croissance à la grenobloise

Comment on nous détruit

vendredi 11 juin 2004 par T'as vu ta ville ?

Stendhal, au milieu du XIXe siècle :"C’est un pays magnifique autant qu’il est inconnu. Rien en France, du moins de ce que j’ai vu jusqu’ici, ne peut être comparé à cette vallée de Grenoble à Montmélian."

Le géographe Paul Vidal de La Blache, début du XXe siècle :

"Paysage unique dans l’Europe occidentale, qui fait pendant à la Brianza milanaise ; verger magnifique qu’on ne trouve plus vers le Sud (...). Le Graisivaudan en est, sinon le type le plus achevé, du moins l’expression la plus ample et, pour l’histoire des hommes, la plus importante."

Musée Dauphinois, fin du XXe siècle :

"Les vieux Crollois ne reconnaissent plus leur village : le centre s’est déplacé dans une banale zone commerciale de bordure d’autoroute. Les maisons traditionnelles se perdent au milieu de lotissements en tous genres (...)"

Découvrez dans le texte ci-joint à quel désastre nous a conduit la course à la Croissance ; comment celle-ci détruit la région et ses habitants ; comment cette dévastation est décidée par un cercle fermé de décideurs et de techniciens.


Lire en ligne

Version prête à circuler


265.2 ko