Le retour à la normale

jeudi 16 décembre 2021 par Pièces et main d'œuvre

Toujours en librairie : Le Règne machinal (la crise sanitaire et au-delà). Voir ici

Le 17 mars 2006, les opposants grenoblois aux nécrotechnologies organisaient une projection-débat à la Maison du tourisme de Grenoble, « Contre le puçage électronique des animaux et des humains ». C’était durant la campagne de contestation de l’inauguration de Minatec, premier pôle européen de micro et nanotechnologies, en juin 2006. L’affiche de la soirée représentait un bonhomme à quatre pattes, au flanc barré d’un code-barres.

En novembre 2009, nous avons occupé le Pôle national Traçabilité de Valence avec des éleveurs et un cheval, pour dénoncer l’implantation de puces à radiofréquences (RFID) lisibles à distance, dans les marchandises, les animaux, les cartes bancaires, les livres des bibliothèques, les arbres, des malades aux Etats-Unis, des employés en Suède et en Australie et des geeks un peu partout.

Du 28 janvier au 1er février 2013, nous avons accompagné la transhumance de moutons drômois jusqu’à la préfecture de Valence pour protester contre leur puçage électronique, en expliquant : « Ce que l’on fait aux animaux, on le fait aux humains ».

Entre 2016 et 2019, de nombreux abonnés à l’électricité ont refusé les capteurs communicants Linky et leur relève à distance, pour « rester libres et humains », selon la banderole de manifestants bretons.

Ceux qui depuis quinze ans moquent notre « catastrophisme » et nous rabâchent qu’« on n’en est pas là », ont aujourd’hui un QR code sur leur smartphone et trouvent normal de se faire scanner comme des colis pour entrer dans un bar, au cinéma, dans un TGV.
Que diront-ils maintenant : « On en n’est plus là » ?


Lectures

Le règne machinal (la crise sanitaire et au-delà)
Editions Service compris, 2021, 252 p. 19 €

RFID, la police totale. Puces intelligentes et mouchardage électronique
Editions L’Echappée, 2008, 80 p., 6 €

Terreur et possession. Enquête sur la police des populations à l’ère technologique, Editions L’Echappée, 2008, 336 p., 14 €

Voir aussi : "Qu’est-ce que la cyberpolice ?"

Et bien d’autres textes à lire en brochures et en ligne.

(Document PDF à télécharger ci-dessous.)

(D’après l’Atelier populaire des Beaux-Arts, mai 1968)


Retour à la normale
Version prête à circuler
363 ko