L’Éthique catholique et l’esprit du capitalisme- Bleue comme une orange chap. 10

lundi 29 mars 2021 par TomJo & Pièces et main d’oeuvre

Selon un cliché aussi buté qu’erroné et venu d’abord d’Engels, le protestantisme serait l’idéologie dont la bourgeoisie avait besoin pour couvrir d’un voile de piété le développement sauvage du capitalisme. « Je récuse expressément la possibilité de la thèse absurde selon laquelle la seule Réforme […] aurait créé l’esprit capitaliste. » Malgré ses protestations, Max Weber, le sociologue de L’Ethique Protestante et l’esprit du capitalisme, est constamment cité à l’appui de cette « thèse absurde ». On verra ici, comment la Reconquista hispano-catholique des Flandres au XVI° siècle, contre les protestants repoussés aux « Pays-Bas du nord », mobilise les arguments, anciens déjà, des franciscains et des dominicains, en faveur du commerce de l’argent. À l’avant-garde de cette reconquête, le corps d’occupation spirituel des jésuites - 3 000 frères pour 32 000 habitants, à Lille au début du XVII° siècle : un pour dix – et leur champion, Léonard Lessius de Louvain (1554-1623), « l’Oracle des Pays-Bas ». Quand il s’agit d’argent, tous les hommes sont de la même religion, selon Voltaire. Mais on verra en fin de compte qu’il ne s’agit pas tant d’argent que de puissance et des moyens de la puissance.

Pour lire ce chapitre, ouvrir le document ci-dessous.

Chapitres 1 à 3.
Chapitres 4 et 5.
Chapitre 6.
Chapitre 7.
Chapitre 8.
Chapitre 9.
Chapitre 11.


Bleue comme une orange chap. 10
Version prête à circuler
361.4 ko