Et si on en parlait

mercredi 18 juin 2014 par Antoine Doinel

Suivant les recommandations des acceptologues et du rapport gouvernemental de décembre 2013 (ici), les malfaiteurs des nanotechnologies et de la biologie de synthèse multiplient les "petits débats conviviaux" afin de gagner une opinion défiante vis-à-vis des technologies convergentes (NBIC).

Ainsi, le 5 juin 2014, l’Université de Lyon organisait une causerie dans un bar branché, avec notamment le xénobiologiste Philippe Marlière.

Malgré les "big data", la soirée ne s’est pas passée comme prévu.
Compte-rendu de notre envoyé spécial, Antoine Doinel.

(Pour lire le texte, cliquer sur l’icône ci-dessous.)

Lire aussi :
- Un malfaiteur de l’humanité : Philippe Marlière et les aliens de demain
- Alerte à la biologie de synthèse et aux aliens de demain


Et si on en parlait
Version prête à circuler
115.7 ko