Pièces et Main d’Oeuvre écrit aux députés

mercredi 22 novembre 2006 par Pièces et main d’œuvre

Après le cycle de pseudo-débats NanoViv, la conférence citoyenne d’"Entreprises pour l’environnement", les deux expositions du CCSTI de Grenoble, les rapports du Comité de la prévention et de la précaution, du Conseil d’analyse stratégique, du Comité d’éthique du CNRS, voici les "Premières rencontres parlementaires sur les nanotechnologies", organisées le 28 novembre par André Vallini, président du conseil général de l’Isère, maître d’ouvrage de Minatec.

Nul doute que ces rencontres, financées (120 000 €) par le CEA et Scheider Electric, n’accouchent de nouvelles "recommandations" pour éviter le syndrome OGM tant redouté des nanomaîtres.

Quant à nous, sans illusion sur la démocratie représentative et technicienne, ni sur les élus qu’elle sélectionne, nous avons choisi de les traiter en simples citoyens, en leur adressant notre "Minime introduction aux nanotechnologies". Ci-dessous le message envoyé aux députés pour les aider à préparer leurs rencontres.

*******

M. ou Mme le député,

Votre collègue André Vallini, président du conseil général de l’Isère, vous convie le 28 novembre aux "premières rencontres parlementaires sur les nanotechnologies".

Vous n’êtes pas sans savoir qu’à Grenoble même, le site Pièces et Main d’Oeuvre a développé depuis quatre ans une critique des nanotechnologies qui a culminé le 1er juin dernier avec la manifestation contre l’inauguration de Minatec. Le centre de Micro et Nanotechnologies dont le conseil général de l’Isère (A. Vallini) a assuré la maîtrise d’ouvrage et un abondant financement (39 millions d’euros sur les 113 millions de fonds publics investis), sans le moindre débat public ni sur ce financement, ni sur le projet même des nanotechnologies.

Après la manifestation et l’inauguration officielle de Minatec, André Vallini a déclaré que nous avions "réveillé sa conscience citoyenne", que "personne aujourd’hui n’était capable de prévoir l’aboutissement réel de toutes ces recherches" : "Je ne savais pas tout cela quand nous avons pris cette décision, avoue-t-il. Si c’était à refaire, j’organiserais le débat plus en amont" (La Vie, 1/06/06).

Force est de constater à la lecture du programme qu’il vous propose le 28 novembre, que non seulement nous avons échoué à éveiller sa "conscience citoyenne", mais que de surcroît il s’efforce maintenant d’anesthésier la vôtre.

Il est révélateur que le Commissariat à l’énergie atomique, initiateur de Minatec :

- co-finance avec Schneider Electric (entreprise grenobloise au coeur du pôle Minalogic) vos rencontres à hauteur de 120 000 € (voir Le Canard Enchaîné du 22/11/06) ;
- dépêche Jean Therme, son directeur et concepteur de Minatec pour vous initier aux nanotechnologies.

Nous ne reviendrons pas ici sur les raisons de la contestation à Minatec lui-même, que vous pouvez découvrir à travers nos informations et analyses publiées sur www.piecesetmaindoeuvre.com.

Mais nous tenons à vous offrir - gratuitement et bénévolement - une "Minime introduction aux nanotechnologies", qui détaille les critiques des opposants au principe même des nanotechnologies - critiques non pas techniques, mais politiques, philosophiques, sociales et environnementales.
Que vous sachiez au moins à qui et à quoi répond André Vallini en vous conviant le 28 novembre à cet exercice de relations publiques organisé par l’agence de communication Altedia M&M Conseil. Que vous ayez au moins une chance de connaître les raisons de notre opposition.

Et oui, vous pouvez considérer ceci comme une action de lobbying à deux balles, contre une action de lobbying à 120 000 €.

Nous restons à votre disposition pour toute question ou information supplémentaire.